0

Niort : soirée antifa de soutien à Exarcheia

Vendredi 15 novembre, une soirée de soutien au quartier athénien d’Exarcheia avait lieu à Niort.

Organisée par les groupes antifascistes de Niort et La Rochelle, la soirée avait pour but de collecter de l’argent pour l’envoyer au quartier, par l’intermédiaire d’une association (préciser).

Pourquoi un soutien à un quartier d’Athènes ?

Exarcheia n’est pas qu’un simple quartier de la capitale grecque, c’est aussi et surtout un haut lieu de Résistance au capitalisme et à l’Etat. Un quartier anarchiste et communiste auto-organisé autour de la solidarité face à la dépression économique que connaît la Grèce depuis son dépeçage par le FMI et la classe politique à son service. On y trouve plusieurs dizaines de squats, certains étant avant tout des lieux de vie pour les réfugiés, notamment Syriens, d’autres étant des ateliers d’artistes ou des QG d’organisations militantes. Le groupe anarchiste Rouvikonas, par exemple, qui mène des actions contre le pouvoir étatique et capitaliste, y a sa base, le K*Vox.

Accueillie dans les locaux rénovés du Parti Communiste de Niort, la soirée était éminemment politique et Exarcheia n’était pas le seul sujet qui faisait se retrouver là les militants Niortais et Rochelais. Ainsi, l’un d’entre eux, qui anime par ailleurs le Red Social Club (note de bas de page), s’est fendu d’une présentation humoristique de la soirée, sous les traits d’un haut cadre politique de l’Union Européenne. Celui-ci a explicité le lien qui peut être fait entre différentes luttes de par le monde, notamment entre Exarcheia et le Rojava qui sont deux territoires engagés dans une lutte contre l’impérialisme capitaliste. Il a également évoqué la décision récente de la mairie niortaise de doter sa police de LBD (lanceurs de balles de “défense”) dont nous reparlerons très certainement sur larochelle-luttes.info.

Immédiatement après cette (re)présentation théâtrale, le vidéoprojecteur a commencé sa diffusion du film Sur la route d’Exarcheia qui montre l’arrivée dans le quartier d’un convoi international de solidarité apportant à Exarcheia du matériel médical, des jouets pour les enfants de réfugiés, et de la nourriture.

Outre le film, la musique et les discussions, bière, vin de pissenlit, jus de fruit, houmous, tatsiki et harira, le tout à prix libre, étaient au menu de la soirée. “La décision de pratiquer le prix libre a suscité le débat” nous explique un des militants. “Nous étions quasiment unanimement pour le prix libre, mais certains d’entre nous avaient peur que les gens ne mettent pas assez d’argent dans les caisses. Finalement, l’argument de faire confiance aux gens l’a emporté”.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les organisateurs n’ont pas été déçus : la soirée a permis de réaliser un bénéfice de 300 euros qui seront envoyés au collectif Anepos, à l’initiative de films militants sur le mouvement social grec (notamment anarchiste) et des convois solidaires.

Assurer un minimum de sécurité

Dans ce genre de soirée, les militants antifascistes envisagent toujours la possibilité d’une incursion ou au moins d’une provocation de la part des quelques néonazis de la région. D’après une militante niortaise “nous avons reçu un message par le biais de la page du syndicat Sud Solidaire 79 nous disant “on passera vous faire un coucou les fragiles”.  Mais les militants qui se sont relayés à la sécurité de la soirée n’ont pas vu l’ombre d’un fasciste tandis que la cinquantaine de personnes présentes à la soirée ne nous ont pas du tout fait l’impression d’être fragiles, bien au contraire.

_______________________________________________________________________

Sur la situation grecque et en particulier d’Exarcheia, le blog de Yannis Youlountas est une très bonne source d’infos de première main :
http://blogyy.net/2019/11/11/grece-une-chape-de-plomb-tombe-sur-le-mouvement-social/?fbclid=IwAR0vLML4C94lijsz68VAULFkO1ZQ2TFj9muhxiKKcfefLJjapIc4umzajTc