Eh…..Venez on arrête !

Témoignage d’un(e) modo

Faisant parti(e) des modos du « démosphère Marais-Poitevin », je m’efforce de sortir les informations, en l’occurrence les rendez-vous locaux, disponibles uniquement sur Facebook. Tout en essayant de contourner le plus possible son utilisation en trouvant des liens, par exemple, hors de ce réseaux.

Ce qui n’est pas toujours possible.

Paradoxalement cela m’oblige à l’utiliser un minimum, les abonnements, la page d’actu, et parfois visualiser des vidéos (utilisant le lecteur Youtube, évidemment, une pierre pour Facebook, une pierre pour Google, admirable !).

Beaucoup de medias récents ont choisi Facebook et uniquement FB comme plateforme. D’autres,  récents ou non, ont décidé de l’utiliser tout en gardant leurs propres sites (voire une version papier). Ce que je peux comprendre à la rigueur même si je ne suis pas d’accord avec cette stratégie.

Cela touche largement plus de monde et permet d’avoir une belle vitrine pour ces médias et leurs sites. Certes.

Est-ce que pour autant cela diminue l’utilisation de cette plateforme infernale, je ne crois pas. Bien au contraire c’est le serpent qui se mord la queue. Tous ces médias alternatifs qui choisissent de la rejoindre ne font qu’en grossir les rangs.

Maintenant avec le confinement on franchit une ligne de plus.

On sait très bien que c’est de l’or en barre pour les GAFAs.

Mais que se passe-t-il pour tout ce qui concerne de près ou de loin les milieux de l’alternatif, militantisme et activisme… ?

En ce qui me concerne pour Démosphère, il n’y a plus de rendez-vous réel à partager, forcément.

De ce fait beaucoup organisent des RDV en ligne avec des idées et des contenus très intéressants. Mais où passent ces diffusions, conférences, échanges, etc ?

Sur Facebook ! Pardi ! Youtube ! Instagram, et autres joyeusetés…

Mal à l’aise face à cela,  J’ai quand même fait des compromis en partageant certains directs FB et Youtube.

Après libre à chacun de boycotter ou pas.

Heureusement il y a aussi les radios alternatives, celles qui existaient déjà et d’autres en train de se créer.

Sauf que je suis tombé(e) sur un RDV de discussions, dont je tairai toute information car, là, je ne peux plus cautionner, cela va beaucoup trop loin. L’outil utilisé pour cet échange virtuel se trouve être « Zoom Vidéo Communications ».

Je vous invite vivement à vous informer sur cette société pour qui, elle aussi, le confinement est une incroyable aubaine :
 https://fr.wikipedia.org/wiki/Zoom_Video_Communications

Alors qu’est-ce qu’on fait ? Jusqu’où va-t-on aller ?

Jusqu’au point de non-retour, en admettant que ce ne soit pas déjà le cas ?

Nous avons déjà des outils alternatifs ! Des personnes se creusent la tête, prennent beaucoup de temps à les construire, essayent de nous les rendre le plus simple d’utilisation et le moins bordélique possible.

Certains ne sont pas encore au point, certes. Mais tout ça ne se fait pas en un seul clic et peut-être y-a-t-il encore des personnes ayant assez de compétences en la matière pour rejoindre les différentes équipes qui travaillent dessus.

Ces outils sont utilisés par très peu de monde, effectivement. Mais si, même nous, on ne se met pas à les utiliser et donc à les partager, je ne vois pas comment cela pourrait changer.

Certains sont déjà « prêt-à-l’emploi » plus ou moins facile d’utilisation, plus ou moins ressemblant avec ce que l’on connait déjà mais absolument rien d’insurmontable. Juste un autre petit coup de main à prendre. 

Avons-nous à ce point-là fini par nous habituer (ou tombé(e)s directement dedans pour les plus jeunes) aux facilités, et donc à l’assistanat, « offert » par Microsoft, Apple, Google, Facebook… que nous ne sommes même plus capables de nous arrêter 5 minutes pour regarder, tester comment fonctionnent d’autres outils ?

On ne désertera pas toutes ces merdes d’un seul coup, c’est sûr. Mais si on ne commence pas le processus…

En les utilisant le moins possible, en désertant au fur à mesure les différentes plateformes qui ont déjà des alternatives, en aidant  à l’amélioration et la création d’autres plateformes indépendantes (pour ceux qui n’y connaissent rien la meilleure des aides c’est de les tester, les utiliser, ne pas les laisser prendre la poussière)…

Si on n’est pas capable de se jeter dans l’inconnu sur internet on n’est certainement très loin de l’être dans la réalité….

https://open.tube/videos/watch/fe733f35-3bfd-4afc-aa07-bb07391311ac

_______________________________________________________________________

Tous les outils développés ou en développement de framasoft : https://framasoft.org/fr/ dont l’alternative à Youtube : Peertube

·         Les outils RiseUp :

·         Dont le partage de fichier : https://share.riseup.net/

·         Boite mail : riseup.net
Il en  existe d’autres dont protonmail.com , par ex.

·         Moteur de recherche alternatif à Google : duckduckgo

L’algorithme étant largement inférieur à celui de Google, il se peut que pour certaines recherches cela n’aboutisse à rien ou pas grand choses. Mais pour l’instant on peut peut-être les utiliser  alternativement selon les besoins.
Certaines recherches pouvant se faire aussi directement sur wikipédia.

·         Alternative aux Discord, Slack, etc… : Keybase 

·         Alternative à Facebook : TheChangeBook 

·         Audioconférence : Mumble

 Et sûrement pleins d’autres choses à essayer…