La Maison des peuples de La Rochelle a fermé ses portes.

Ce mardi 25 février, La MDP eu la visite de l’huissier remettant la décision du tribunal, à savoir un commandement de quitter les lieux sous 24h.

Aussi les dernier-e-s habitant-e-s sont partis avant l’arrivée éventuelle des flics. Jeudi les agents du proprio ont pénétré les lieux et décroché du balcon la dernière banderole. Obtenir quelques jours de délai en plus aurait été possible, mais la vérité est que la plupart des occupant-e-s sont sur les rotules, fatigué-e-s par deux mois d’occupation, de rencontres, de manifs, de soirées, de discussions, de réunions, de joies et de déceptions.

Ce fut une bonne expérience pour tout le monde et probablement personne ne regrette de l’avoir vécue. Il s’agissait d’ouvrir un lieu de confluence des luttes entre anticapitalistes (écolos, anarchistes, communistes libertaires, syndicalistes révolutionnaires, gilets jaunes etc), de participer activement au mouvement social, d’organiser des maraudes, des soupes populaires, des projections/débats etc.

Et c’est ce qui a été activement fait durant tout le mois de janvier. La Maison des Peuples a aussi accueilli des gens qui sans ce lieu se seraient retrouvés à la rue. L’un des occupants nous a d’ailleurs transmis ce message : « merci à la MDP d’exister et de me permettre d’avoir un lieu où dormir sur La Rochelle, ce qui va me permettre de trouver plus facilement du travail et de rembourser mes dettes ». C’est aussi ça la MDP, une maison pour celles et ceux qui ne peuvent se loger dans une ville soumise à une spéculation immobilière acharnée (notamment de la part du promoteur propriétaire du 33 quai Maubec).

Ceci étant dit, la fermeture du 33 quai Maubec n’est pas qu’une fin, c’est aussi le début d’autre chose : il y aura des suites à cette Maison des peuples ! La plupart des personnes impliquées dans ce projet ne retourneront pas à la « normale » comme c’est trop souvent le cas à la fin d’un mouvement social. Construire les outils et reprendre les espaces dont la lutte a besoin, c’est ce à quoi nous allons continuer de nous atteler.

Pas de guerres entre les Peuples, pas de paix entre les classes. A bas l’Etat, les flics et les bourgeois.

La Révolution n’est pas qu’un but, c’est un long chemin à arpenter.

Admin